Tammy Silver – Une designer pour notre génération

Les vêtements jouent un rôle dans notre vie quotidienne. On les utilise pour raconter des histoires, faire des déclarations et faire savoir à ceux qui interagissent avec nous quelque chose sur nos valeurs. Pendant de nombreuses années, la mode et la foi ont travaillé main dans la main pour aider les gens à se positionner dans la société. Les prêtres, les sœurs, les pasteurs, les épouses de pasteurs et d’autres utilisent des vêtements pour transmettre un message sur leur foi et le rôle que ceux qui les portent ont dans leur communauté. Le genre de message que nous recevons des designs de Tammy Silver, cependant, est différent. Elle prend position contre la fast fashion (ou mode rapide) en proposant des créations éthiques tout en restant fidèle à son style personnel et à sa marque. Ce faisant, Tammy envoie indirectement un message important sur le travail et l’exploitation (des femmes et des enfants entres autres) dans l’industrie de la mode.

Tammy Silver, la marque, est aussi le nom de la créatrice. Basée dans l’une des capitales animées de la mode, Londres, Tammy est née de parents nigérians. Elle a étudié les médias et les communications à la Goldsmiths University où elle a obtenu un diplôme avec distinction. Son histoire illustre bien l’une des choses que nous aimons souligner, ici à Femmes d’Espérance, un diplôme universitaire c’est bien mais entrer dans sa destinée en demande plus. La foi et l’obéissance sont ce dont vous avez besoin pour travailler avec Dieu, puis le diplôme devient un ensemble d’outils que vous pouvez utiliser pour avoir un impact sur la vie des gens. Au fur et à mesure que nous apprenons à la connaître, vous verrez pourquoi la décision de Tammy, d’être une designer éthique, est inspirante.

Pourquoi l’éthique est-elle si importante pour toi en tant que femme et en tant que chrétienne ?

C’était ma première question que je me suis posée lorsque j’ai visité l’Instagram et le blog de Tammy.

Voici sa réponse:

«Ce n’est que lorsque j’ai commencé à coudre mes propres vêtements que j’ai réalisé tout le travail et le talent nécessaires à la confection de vêtements. Il est triste que pour la majorité des gens, les ouvriers dans le secteur du textile soient des personnes sans nom, sans visage, surmenées et sous-payées qui paient le prix de la fast fashion (mode rapide). Je ne voulais pas participer aux mauvais traitements infligés aux travailleurs de l’industrie de la mode. Bien qu’il n’y ait pas de réponses faciles à tous les problèmes de l’industrie de la mode, je veux au moins que ma conscience soit claire lorsque je gère ma propre entreprise.

En tant que chrétienne, mon désir est simple : gagner ma vie avec le talent que Dieu m’a donné. En fin de compte, comme il est souverain, je sais qu’il donne l’échec ou le succès et je dois faire confiance à ses conseils et à son désir de mon bien. C’est un peu effrayant car je veux naturellement avoir le contrôle de tout dans ma vie. En sortant de l’université, je m’attendais à obtenir un emploi en lien avec mon diplôme tout de suite et quand cela ne s’est pas produit, j’avais une bonne chose sur laquelle me tourner, ma couture.

J’aime faire des vêtements pour femmes, mon style personnel intègre toutes les bizarreries du style féminin moderne. J’aime créer des looks faciles à vivre avec une abondance de couleurs et de volumes pour des looks tendance mais portables. Mon style personnel évolue constamment au fur et à mesure que j’apprends à me connaître et que je développe mes compétences en couture. »

En tant qu’éducatrice dans l’enseignement supérieur, je rencontre souvent des étudiants qui ont une vision unique de ce qu’ils feront une fois diplômés. Ceux qui étudient le droit veulent devenir avocats, ceux qui sont en école d’infirmières veulent devenir infirmiers et ainsi de suite. Il n’y a rien de mal à ces types de carrières, mais y a-t-il un moyen de penser plus largement ? Existe-t-il un moyen de se concentrer sur le développement des talents que Dieu a placés en nous et de faire confiance à sa vision de nos vies plutôt qu’aux programmes d’études ?

Croire que vous avez ce qu’il faut

Plus je travaille avec des femmes africaines, plus je me rends compte que nous devons surmonter les limitations culturelles si nous voulons être compétitives et influentes sur le marché du travail. La plus courante de ces limitations, à mon avis, est l’âge et Tammy en a également fait l’expérience. Lorsque je lui ai demandé quel était le plus grand défi auquel elle a dû faire face, voici ce qu’elle a répondu :

« Être pris au sérieux est un défi inattendu auquel j’ai dû faire face. Quand j’ai commencé à coudre pour des clients, j’avais 22 ans, les gens remettaient toujours en question mes capacités, mon prix et la façon dont je voulais gérer mon entreprise. Dire que c’était frustrant serait un euphémisme. J’ai travaillé très fort pour développer mes compétences afin d’avoir confiance dans le service que je rends à mes clients. Pour être honnête, les gens me sous-estiment toujours, mais beaucoup moins qu’avant, donc c’est un progrès. »

C’est malheureux… mais sérieusement, à quand remonte la dernière fois que vous avez rencontré un jeune entrepreneur africain dans la vingtaine ? En tant que communauté et consommateurs vivant en Occident, je pense que nous devons faire mieux ! Nous pouvons commencer par reconnaître ces talents et prendre la responsabilité de les encourager en achetant leurs produits et en faisant la promotion de ce qu’ils ont à offrir. Dans ma conversation avec Tammy, elle m’a dit que « créer une entreprise était une tâche trop compliquée, que seules les personnes intelligentes ou riches pouvaient faire ». Heureusement, être riche n’est pas tout ! Elle a commencé à coudre comme passe-temps en 2016 et quelques années plus tard, sa passion était génératrice de profit. Ce que j’ai aimé dans l’histoire de Tammy, c’est qu’elle est une femme d’action. Elle a créé les conditions nécessaires pour développer son talent et lorsque l’opportunité s’est présentée, le succès était inévitable.

Investir dans votre talent

Ce n’est un secret pour personne qu’être passionné seul ne suffira pas. Tammy a investi du temps et de l’argent dans son don. Elle a pris des cours de couture et s’est exercée bien avant que ses créations ne deviennent accessibles au public. Elle a également commencé par être sa propre cliente… oui, vous avez bien lu. Elle a travaillé pour concevoir et créer des tenues qu’elle pouvait porter et dont elle pouvait être fière. Pour moi, travailler avec un designer qui aime ses propres créations, c’est comme se promener avec une pièce de son rêve sur soi.

Une autre façon d’investir dans son don est de savoir et d’articuler ce que vous voulez faire. Vous seriez surpris du nombre de personnes que Dieu a placées sur votre chemin pour investir dans votre projet, vous soutenir ou simplement prier avec vous. Pour de nombreuses personnes, les premiers investisseurs sont probablement des membres de la famille et des amis. C’est d’ailleurs grâce à ce réseau de base que Tammy est là où elle est aujourd’hui. «Ma mère et ma sœur sont mes plus grands fans et supporters. Ensuite, mes amis ont commencé à me recommander à leurs amis, augmentant régulièrement ma charge de travail grâce au bouche à oreille », nous a confié Tammy.

Tout cela pour dire que si vous avez un rêve, il est important de le communiquer, pas à la manière de Joseph (voir l’histoire de Joseph Genèse 37-50) mais suffisamment pour voir si votre idée est viable. De plus, vous aurez besoin d’aide et partager votre travail avec d’autres personnes vous apportera des opportunités de grandir.

                                                                                                      

Être un résolveur de problèmes

Si vous voulez transformer votre idée en entreprise, soyez prêts à résoudre les problèmes. Le parcours est fait de nombreux défis, mais votre survie sera déterminée par la façon dont vous surmonterez ces défis et votre capacité à en tirer le meilleur parti et à aller de l’avant.

Tammy nous dit que lorsque covid a frappé, son travail s’est tari instantanément. Ensuite, elle a trouvé une place dans « la communauté de la mode en ligne en tant que créatrice de contenu ». Juste comme ça, ce qui était un problème est devenu une opportunité, dans ces propres mots elle a dit : «J’ai commencé à trouver du travail sur des collaborations rémunérées (en tant que créateur de contenu).

Mollie Makes Feature of Tammy Silver
The Kindess Issue: Clickez sur l’image pour en savoir plus. Note: (disponible en Anglais seulement)

Puis, en 2020, j’ai commencé à faire des recherches sur le marketing et les réseaux sociaux afin de comprendre comment atteindre de nouveaux clients sur des plateformes telles qu’Instagram. J’ai commencé à concevoir mes propres vêtements et à partager mes créations en ligne et j’ai été vraiment submergée par les commentaires positifs.» Peu de temps après avoir effectué tout ce travail, le nombre d’abonnés Instagram de Tammy est maintenant passé à 6 000.

De plus, le 27 mai 2021, Tammy a figuré dans le magazine Mollie Makes pour son numéro de gentillesse. Comme le lit son site Web, Tammy a été chargée de faire un tutoriel, montrant aux lecteurs comment coudre leurs propres pantalons évasés. Lire la suite ici.

Quelle suite pour le futur ?

Chez Femmes d’Espérance, nous aimons terminer nos entretiens par des conseils et astuces pour inspirer les femmes. Le conseil de Tammy est qu’à moins que vous ne commenciez, tout autre conseil serait inutile.

« Alors, dès que vous aurez fini de lire cet article, lancez votre entreprise ! La peur et le doute ne sont pas quelque chose qui disparaîtra comme par magie parce que quelqu’un vous dit de croire en vous-même. Résolvez ces problèmes tout en développant votre entreprise. »

Pour découvrir le travail et la philosophie de Tammy Silver, rendez-vous sur

Instagram: @tammy_silver et son site web: www.tammysilver.com ici

Par Josie Ma

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.